Ai-je vraiment besoin d’un psy ?

Lorsqu’on souhaite aller voir un psychologue, c’est souvent lorsqu’on a le sentiment d’être au pied du mur.

Alors pourquoi hésitons-nous si longtemps ? Souvent, car nous avons le sentiment « de ne pas être fou »  ou  « de ne pas aller assez mal pour cela ». Il y a également ce vieil oncle qui aux dîners de famille taxe tous les psychologues de charlatans pratiquant du vaudou. Après cela, difficile « d’avouer ».

Lorsqu’on se décide à passer le cap, c’est régulièrement avec beaucoup d’appréhension. « Va-t-il me comprendre ? » « Vais-je être capable de me livrer à un inconnu ? » « Va-t-il vraiment pouvoir m’aider ? » et d’ailleurs « est-ce vraiment nécessaire ? »
Pour certains, il y a également la peur de se ruiner dans une thérapie interminable qui se concentrera sur les erreurs du passé sans jamais aborder le présent et surtout, l’avenir.

On se pose des questions sur le cadre. L’image renvoyée dans les films, séries et autres émissions dépeint un psychologue souvent passif et muet. Des séances ponctuées de « hmm hmm, et qu’avez-vous ressenti à ce moment-là ? » où un patient allongé sur un divan se confie à un psychologue dans son dos (et où dans les pires scénarios, le psychologue va même jusqu’à s’endormir).

Et vous vous dites : « Dans ces conditions, trouverai-je réellement l’aide dont j’ai besoin ? »

     Sachez qu’aujourd’hui, il existe une multitude d’approches en psychologie. Presque autant que de psychologues.

Psychanalyse, thérapie cognitive-comportementale, thérapie systémique, thérapie brève, Gestalt, thérapie intégrative, hypnose, auto-hypnose, pleine conscience, et j’en passe ! 

Cela reste parfois flou mais nous aurons peut-être l’occasion de débroussailler tout cela lors d’un prochain article. En attendant, comprenons d’abord ce que l’on fait ici.


Dans la pratique actuelle, la plupart des psychologues ont délaissé le divan au profit du face à face permettant ainsi un soutien et un suivi en collaboration avec le patient.

Il est tout à fait possible de s’engager dans des thérapies brèves où le psychologue vous transmettra de vrais outils pour créer du changement dans votre vie de tous les jours. De longues conversations sur votre passé peuvent bien sûr être abordées mais il ne s’agit pas d’une condition sine qua non pour un bon suivi thérapeutique.

Si vous souhaitez prendre rendez-vous, renseignez-vous sur le cadre du professionnel, assurez-vous que son approche colle avec vos besoins et envies !



Pourquoi aller voir un psy dans ce cas ? 

  • Dans une société où il est souvent obligatoire d’aller bien, du moins aux yeux du monde extérieur, il est parfois agréable de pouvoir se rappeler qu’un moment de faiblesse dans votre vie n’est en rien honteux.
  • Rencontrer un psychologue, c’est également une occasion de confronter des questions à un esprit neutre et sans jugement (évitant ainsi les avis « tendancieux » des proches).
  • C’est un moment pour soi, totalement dédié. Une bulle d’air permettant une honnêteté totale sans crainte de représailles ou de jugement extérieur.
  • Il s’agit d’une occasion de réapprendre à s’aimer et devenir plus indulgent avec soi-même.

 

N’oubliez jamais que prendre soin de soi est la première condition pour prendre soin des autres ensuite.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s